Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Mckay
 
Raptortriote
 
obamo
 
Athénaïs de La Palice
 
ganem
 

═══════════════════════
Derniers sujets
» salut
Hier à 14:56 par Mckay

» Faites le test !!
Jeu 19 Oct - 21:28 par Mckay

» Je cède l'administration du forum
Jeu 19 Oct - 21:25 par Mckay

» Débat inter religieux: Chrétien/Musulman
Mer 18 Oct - 20:25 par Athénaïs de La Palice

» Charlemagne était l'Amant de Renaud !
Mer 18 Oct - 18:47 par Raptortriote

» 2nd attaque
Lun 16 Oct - 21:26 par Mckay

» AFFAIRE NAPOLEON III
Dim 15 Oct - 20:45 par FoutreChaud

» Demande au Premier ministre.
Dim 15 Oct - 20:05 par Mckay

» Etat de guerre
Dim 15 Oct - 19:35 par Mckay


Fractures françaises

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fractures françaises

Message par Oksana le Mer 29 Oct - 8:52

Fractures françaises

Comment on a sacrifié les classes populaires


Géographe classé à gauche, Christophe Guilluy a mis en lumière la fracturation de la société française, sous l'effet de la mondialisation libérale et du multiculturalisme, avec des classes populaires qui se séparent selon des critères sociaux, culturels et ethniques

Trahison des élites


Non sans courage, le géographe dénonce dans ces deux essais le cynisme et la trahison des classes dirigeantes de gauche comme de droite.

« La posture républicaine ne doit pas en effet tromper, la réalité est que nos classes dirigeantes sont pour l'essentiel acquises au modèle multiculturel et mondialisé »

Dans les métropoles, qui absorbent une part croissante des richesses, la bourgeoisie a conclu une alliance paradoxale avec les groupes immigrés. Ceux-ci lui assurent le monopole du pouvoir en échange de la paix sociale.

Écartés des centres-villes et des banlieues proches, les Français modestes sont quant à eux abandonnés à leur sort dans les zones périurbaines et les petites villes.

Ils subissent de plein fouet les effets de la crise (désindustrialisation, fermeture des services de proximité, des écoles aux tribunaux). « La réalité est imparable : les catégories populaires, déjà peu mobiles, sont désormais piégées sur des territoires éloignés des zones qui créent l'emploi »

Ces Français voient leurs enfants peu à peu prolétarisés. C'est tout bénéfice pour les classes dirigeantes, dont les enfants n'ont pas plus à craindre la concurrence des pauvres que des immigrés dans les filières d'études les plus performantes. De fait, toutes les études témoignent d'un arrêt de l'ascenseur social.

Délaissés par les gouvernants, ces « petits Blancs » se détournent d'un État-providence qui, au lieu de soutenir les plus déshérités d'entre eux, privilégie les nouveaux arrivants : « L'immense majorité des Français est convaincue de la nécessité de construire du logement social mais comme ce type de logement tend à se spécialiser dans l'accueil des populations immigrées, on fera tout pour limiter son développement. Le paradoxe peut être ainsi résumé : alors même que les besoins en logements sociaux et en prestations n'ont jamais été aussi forts, les Français, notamment les plus modestes, préfèreront restreindre le champ d'action d'un État-providence soupçonné d'aider prioritairement les immigrés »

Le cynisme des uns et la résignation des autres accélèrent le délitement de la nation sans pour autant conduire au rêve irénique d'une humanité United Colors of Benetton. « La montée de l'abstention et du populisme est présentée comme un rejet du politique ou des partis. Elle est en réalité l'illustration d'un décalage croissant entre la réalité et les représentations qui influencent le discours des partis politiques »

Préférence communautariste


La représentation phantasmée de la banlieue comme ghetto ethnique est apparue en septembre 1979, à la faveur des émeutes de Vaulx-en-Vélin, près de Lyon.

« La comparaison de la situation banlieusarde à celle des ghettos noirs américains est à l'origine d'un grand malentendu sur la question des minorités ethniques en France. Aux États-Unis, la population noire représente une part stable, environ 12% de la population, qui n'a pratiquement pas évoluée depuis deux siècles. Il s'agit donc d'une minorité structurelle. La situation est précisément inverse en France où la part des minorités visibles en France augmente régulièrement pour constituer, ici ou là, des minorités relatives, voire des majorités relatives. Cette dynamique est d'autant plus remarquable qu'elle est portée par une immigration récente et un accroissement naturel important »

Il est vrai que dans les « quartiers », aujourd'hui, la référence raciale (Blancs, Noirs, Turcs...) prime sur la référence sociale et ce racialisme a été aussi intériorisé par les élites, comme le montrent les propos du député-maire d'Évry Manuel Valls à son directeur de cabinet, sur un marché de sa ville, le 8 juin 2009 : « Belle image de la ville d'Évry ! Tu me mets quelques Blancs, quelques Whites, quelques Blancos » « Le fait d'être ou non français pèse ainsi de moins en moins face au sentiment d'appartenance culturelle ou ethnique »

À Calais comme à Belleville (Paris), la cohabitation entre groupes de différentes origines se solde par des violences sans commune mesure avec les injures racistes que sanctionnent usuellement les tribunaux : rixes mortelles entre Érythréens et Éthiopiens, affrontements entre Chinois et Africains.

Dans les « quartiers », les rivalités inter-ethniques et l'économie souterraine, fondée sur les trafics illicites, poussent les habitants, quels qu'is soient, à déménager sitôt que leur élévation sociale le leur permet. Il s'ensuit que ces « quartiers » ne regroupent que 20% environ de la population d'immigration récente. Ils se caractérisent aussi par une extrême mobilité sociale, aux antipodes de l'image de ghetto que leur collent les médias.

« Souvent présentés comme culturellement relégués, ces quartiers sont en réalité au coeur de la dynamique de mondialisation des métropoles... L'éloignement géographique était de fait plus important pour un Breton arrivant à Paris au XIXe siècle, que pour un Algérien vivant actuellement à Marseille ou à Roubaix. À l'heure des compagnies low-cost, d'Internet et des TV satellitaires, le déracinement devient relatif et ce d'autant plus que l'immigration familiale favorise les regroupements dans des espaces culturels proches de celui du pays d'origine »

« Les métropoles sont ainsi devenues des centres prescripteurs pour l'ensemble des territoires. Cette domination culturelle et politique des centres fait ressortir encore davantage l'invisibilité culturelle et politique des périphéries périurbaines et rurales »

« Aveuglés par la thématique du ghetto et par les tensions inhérentes à la société multiculturelle, on oublie souvent que les rares ascensions sociales en milieu populaire sont aujourd'hui le fait de jeunes issus de l'immigration » En Grande-Bretagne, où sévit le même phénomène, le ministre des Universités et de la Science en est venu à réclamer une discrimination positive en direction des jeunes blancs de la « working class ».

Fin des classes moyennes, fin du monde rural ?


Christophe Guilluy constate la disparition de facto des « classes moyennes » : « Employé dans le cadre de la politique de la ville, le concept revêt une dimension ethnoculturelle et sert en réalité le plus souvent à désigner les blancs ; ceux qui ont quitté les quartiers sensibles »

« Il est frappant de constater que la France pavillonnaire, celle des espaces périurbains et ruraux, est identifiée comme celle des classes moyennes. Ainsi, et alors même que ces espaces ouvriers et populaires se caractérisent par l'importance des ménages précaires et pauvres, l'identification à la classe moyenne y reste forte, comme si le seul fait de vivre à l'écart des quartiers sensibles participait à la définition d'un statut social »

De la même façon, l'auteur constate la disparition de la « France rurale » : l'indicateur de fragilité sociale, qu'il a créé avec le géographe Christophe Noyé, révèle au lieu de cela une « France périphérique » (majoritaire) face à la France métropolitaine. « Les dynamiques de gentrification et d'immigration ont donné naissance à des territoires très clivés, favorisant ainsi une inégalité sociale et culturelle sans précédent »

Mais qui se soucie de cette France périphérique ? « Pour les élites, elle n'existe plus. Cette France populaire, industrielle et rurale a vécu ; au mieux, il s'agit d'une France minoritaire et vieillie, qui s'accroche encore mais qui est condamnée à disparaître. Le problème est que cette France en voie de disparition est majoritaire »

Il s'ensuit des tensions et parfois des explosions de colère, comme celle des Bonnets rouges (2013), au fin fond de la Bretagne rurale. Mais elles sont circonscrites pour l'heure par le vieillissement de la population. « Paradoxalement, c'est le vieillissement du corps électoral qui permet de maintenir artificiellement un système politique peu représentatif, les plus de 60 ans étant en effet ceux qui portent massivement leurs suffrages vers les partis de gouvernement »

Droite et gauche utilisent chacune à leur façon le vote ethnique. « N'oublions pas que les entrées d'immigrés sur le territoire national n'ont jamais été aussi élevées que sous l'ère Sarkozy » en dépit d'un « discours frontiste » qui jouait le « petit Blanc » contre l'immigré et le musulman (page 98). De son côté, « François Hollande, envisagé comme rempart à l'islamophobie et à la négrophobie de la droite, obtient des scores de maréchal chez les musulmans, dans toutes les banlieues et dans les DOM-TOM »!

« Il est vrai qu'il est plus facile de résister à un péril fasciste qui n'existe pas que de s'interroger sur les effets réels de la mondialisation et du séparatisme au sein de milieux populaires »

Avantage aux classes dirigeantes


Le géographe valide l'aspiration au séparatisme des populations confrontées à l'immigration : « Ce séparatisme territorial est perçu par les couches supérieures au mieux comme une faute morale, au pire comme la preuve du racisme inhérent aux classes populaires. Elles ne comprennent pas qu'il s'agit en réalité d'une réponse pragmatique et pacifique à l'évolution démographique. Car contrairement aux idées reçues, se séparer revient précisément à éviter la guerre »

Pour lui, l'aspiration à la mobilité généralisée est une illusion qui profite seulement aux élittes : « Plébiscitée par les élites, l'hypermobilité est le fait des classes supérieures, une mobilité financée pour partie par... les catégories modestes »
Impitoyable, Christophe Guilluy retourne contre les classes dirigeantes l'accusation de communautarisme : « À l'heure où les classes populaires sont régulièrement sermonnées pour leur popularisme, leur racisme, voire leur communautarisme, il apparaît que les couches supérieures (des riches aux bobos) pratiquent de plus en plus une forme de communautarisme qu'elles refusent aux plus modestes »

Dans les métropoles, elles s'approprient ainsi les quartiers précédemment occupés par les ouvriers et les employés, selon le processus dit de gentrification. « Alors que les discours incantatoires sur le manque de logements sociaux n'ont jamais été aussi présents, rares sont les politiques qui s'émeuvent aujourd'hui de la conquête par une petite bourgeoisie du parc privé social des grandes villes... Le changement de destination d'un parc de logements occupé depuis deux siècles par des catégories modestes est d'autant moins dénoncé qu'il bénéficie aux catégories supérieures et aux prescripteurs d'opinions »
« Si l'immigration présente un intérêt certain pour le patronat (dumping social, pression à la baisse des salaires, affaissement de la protection sociale), en revanche, on ne souligne pas assez un autre aspect de cette nouvelle exploitation, qui permet d'offrir un train de vie bourgeois aux nouvelles couches supérieures sans en payer véritablement le prix. La nounou et la femme de ménage immigrées, et parfois sans papiers, ne ponctionnent que marginalement le budget des cadres. De la même manière, c'est bien grâce à l'exploitation en cuisine des immigrés que le bobo peut continuer à fréquenter assidûment les restaurants pour une note assez modique »

« On comprend dans ce contexte l'attachement de plus en plus marqué des classes dominantes des pays développés à une diversité qui rend acceptables les inégalités en faisant disparaître toute concurrence. La lutte des classes pour l'égalité sociale laisse ainsi la place à un combat pour la diversité et à une légitimation de l'inégalité »
Et pour souligner la violence des nouveaux rapports sociaux, Christophe Guilluy renvoie les classes dirigeantes de tous bords à leurs invariants :

« En réalité, il est frappant de constater que la nouvelle bourgeoisie, souvent de gauche, s'inscrit dans la droite ligne de la bourgeoisie traditionnelle qui ne pouvait percevoir les classes populaires que comme des classes dangereuses, incultes et infantiles qu'il fallait éduquer de toute urgence. Sur ce point, rien n'a changé »

Joseph Savès
avatar
Oksana

Messages : 2667
Date d'inscription : 13/06/2014
Age : 602
Localisation : Marc Dorcel

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fractures françaises

Message par Mourzem le Mer 29 Oct - 12:11

Il avait déjà tout compris.

avatar
Mourzem

Messages : 584
Date d'inscription : 23/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum