Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Raptortriote
 
Mckay
 

═══════════════════════
Derniers sujets
» 2nd attaque
Hier à 21:26 par Mckay

» AFFAIRE NAPOLEON III
Dim 15 Oct - 20:45 par FoutreChaud

» Demande au Premier ministre.
Dim 15 Oct - 20:05 par Mckay

» Etat de guerre
Dim 15 Oct - 19:35 par Mckay

» Louvert est banni
Dim 15 Oct - 19:26 par Raptortriote

» Annonce du Président Mckay.
Dim 15 Oct - 19:24 par Raptortriote

» Nomination du gouvernement de Défense Nationale.
Dim 15 Oct - 18:07 par Raptortriote

» Hello
Dim 15 Oct - 10:28 par Saladin

» Je cède l'administration du forum
Sam 14 Oct - 20:08 par Raptortriote


Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Message par liliane. le Jeu 21 Aoû - 10:53

Ah nostalgie quand tu nous tiens !!!! et elle me tient bien à moi
Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine


Vue de la vallée de la Dordogne Crédits photo : ARNAUD ROBIN/Le Figaro Magazine

FIGAROVOX/TRIBUNE - Inspirée par la douceur estivale, Natacha Polony déplore la disparition progressive des paysages de la France rurale, aujourd'hui menacés par l'agriculture industrielle et la pollution.




Natacha Polony est chroniqueuse au Figaro. Son dernier livre, Ce pays qu'on abat, vient de paraître.


Le soleil écrase les sons et déploie les senteurs de verveine et d'herbe coupée. Une abeille bourdonne paresseusement. L'eau de la rivière prend des teintes turquoise. Et dans la tranquillité du jour qui passe, immanquablement, un des amis présents évoque le temps où la pêche était bonne. Le temps où les brochets et les perches mordaient aux hameçons des moins expérimentés, où les anguilles se jetaient dans les nasses, où les écrevisses se laissaient ramasser par les enfants audacieux. Un autre se souvient de ces éclosions d'éphémères qui, certains soirs d'août, empêchaient les voitures de rouler en tapissant les pare-brise. Et des dizaines de papillons qui s'égayaient quand on courait dans les herbes.

On trouvera bien sûr des progressistes pour s'agacer de ces relents nostalgiques. Ceux notamment que n'a jamais émus la fascinante pérennité d'un paysage où se marient l'époustouflante beauté de la nature et le patient travail des hommes.

On trouvera bien sûr des progressistes pour s'agacer de ces relents nostalgiques. Ceux notamment que n'a jamais émus la fascinante pérennité d'un paysage où se marient l'époustouflante beauté de la nature et le patient travail des hommes. Mais tous les autres, s'ils ont un semblant d'honnêteté, avoueront s'être fait la remarque. Ceux qui allaient aux écrevisses dans le Jura, ceux qui pêchaient le brochet dans l'Indre et ceux qui allaient à la chasse aux papillons dans les frais bocages de Brassens. À quel moment tout cela a-t-il basculé? Il y a trente ans? Quarante ans?
L'un raconte que depuis la construction de la centrale nucléaire de Blaye, les esturgeons, les lamproies et les pibales ont disparu. Les poissons venaient se prendre dans les filtres et mouraient par dizaines. Et puis on n'en a plus vu. L'autre cite cette revendication des ouvriers qui exigeaient de ne pas manger de saumon plus de deux fois par semaine. La Loire en regorgeait et c'était le menu quotidien. La pêche en est aujourd'hui interdite, mais est-ce bien nécessaire puisqu'il n'en reste aucun? 80 % des rivières françaises sont polluées. Une étude vient de démontrer que les fruits bio contiennent sept fois moins de résidus de pesticides que les fruits de l'agriculture conventionnelle. Ô étonnement! Jusqu'à présent, les études publiées s'échinaient à prouver que les produits bio n'avaient pas de propriétés nutritionnelles supérieures. Pas de vitamines en plus. Normal, puisque ce n'est pas ce qu'on leur demande. Mais en effet, ils préservent la terre et omettent de nous empoisonner. C'est bien suffisant.
Aux États-Unis, la culture massive de plantes OGM résistantes au Roundup a permis d'inonder les terres de cet herbicide. Résultat, une mauvaise herbe est devenue à son tour résistante. Pour la combattre, les autorités viennent d'autoriser la culture d'OGM résistants à l'un des composants du fameux «agent orange», cet herbicide qui, déversé sur le Vietnam, a été responsable de handicaps monstrueux. Pas moins de 5 600 écoles se situent à proximité des zones concernées par cette autorisation.

Si les enfants ne peuvent plus aller chasser les papillons, ça n'est pas très grave. De toute façon, ça ne les intéresse pas : ils pratiquent la chasse au monstre numérisé sur console de jeu.

Et les insectes ont à ce point disparu qu'en Chine, dans certaines régions, ce sont des femmes qui pollinisent à la main les arbres fruitiers. Bien sûr, on regarde d'un œil distrait les reportages qui racontent cela. On en frémit parfois. Et puis plus rien. Et si les enfants ne peuvent plus aller chasser les papillons, ça n'est pas très grave. De toute façon, ça ne les intéresse pas: ils pratiquent la chasse au monstre numérisé sur console de jeu.
Pourtant, la question se pose de savoir qui a choisi, en conscience, qu'il devait en être ainsi. Le peuple, diront certains. Le peuple qui veut des aliments bon marché, variés, donc une agriculture industrialisée génératrice de pollution. Et puis la mondialisation, qui est un fait et dans laquelle il faut bien surnager par tous les moyens. Mais les choses sont un peu plus complexes. Souvenir d'un reportage en Berry pour l'élection présidentielle de 2007. Sur le marché de Valencay, un homme exprime son désarroi: «Moi, je m'en fiche, de la politique. Tout ce que je demande, c'est de pouvoir emmener mon fils à la pêche et lui apprendre ce que je sais. Mais même ce plaisir-là, on n'y a plus droit.»
En fait, la politique, c'est aussi savoir si l'on va faire en sorte que ce père puisse emmener son fils à la pêche. La politique, c'est se demander ce qui fera le bonheur de ce père, de son fils, et de tous ces gens dont la seule richesse est de profiter d'une douceur de vivre qui ne coûte rien.
Mais les sociétés occidentales ont conçu un système dans lequel chaque petit bonheur doit coûter et rapporter. On baptise donc loisir ce petit bonheur, on le transforme en industrie susceptible de générer des profits parla mise au point d'une technique qui soit la plus performante et on l'intègre à un ensemble de mesures de rationalisation de chaque domaine de l'activité humaine. Dès 1974, le penseur protestant Jacques Ellul avait expliqué tout ce processus par ce qu'il appelait l'idéologie technicienne, le fantasme qui consistait à faire de la technique non plus un outil mais une idéologie censée nous permettre d'améliorer en tout domaine les performances.

La politique, c'est se demander ce qui fera le bonheur de ce père, de son fils, et de tous ces gens dont la seule richesse est de profiter d'une douceur de vivre qui ne coûte rien.

On peut alors occuper ce père et son fils, leur offrir un loisir, tout en vidant leur rivière de ses derniers poissons. On peut laisser les gens sérieux s'occuper de cette nature que les incorrigibles nostalgiques refusent de voir changer. D'ailleurs, la loi d'avenir pour l'agriculture les définit, ces gens sérieux, puisque, à la demande de la FNSEA, ne pourront plus obtenir le statut d'agriculteur actif que ceux qui possèdent un minimum de bêtes et d'hectares. Comme le dit le président de la FNSEA, lui-même industriel des agrocarburants et de l'importation de poulet brésilien à bas coût, «celui qui a deux hectares, trois chèvres et deux moutons n'est pas agriculteur.» Il est vrai que celui-là ne doit pas avoir de quoi acheter du Roundup…
On peut continuer à déplorer la disparition des brochets et des papillons autour d'un repas estival et puis se faire croire que tout cela est le fruit de la fatalité. On peut voter une loi de transition énergétique sans rien changer au système économique qui impose de consommer toujours plus d'énergie, et voter une loi agricole qui achève de tuer les paysans en perpétuant une logique d'industrialisation qui non seulement les fait disparaître, mais somme les survivants de produire à bas coût, en remplaçant les bras par la chimie, pour supporter la concurrence de pays sans normes écologiques et sociales. On peut continuer à nourrir les enfants des écoles ou les malades des hôpitaux avec des produits pollués importés de très loin au nom du mieux-disant financier au lieu de leur offrir des produits cueillis du matin, encore vivants, et récoltés par leur voisin, leurs parents, dans un bassin d'emploi revivifié. On peut croire à la fatalité. Mais on peut aussi penser que les brochets et les saumons, les papillons et les éphémères, sont éminemment politiques.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/08/02/31003-20140802ARTFIG00005-natacha-polony-ces-paysages-que-l-on-assassine.php
avatar
liliane.

Messages : 1419
Date d'inscription : 05/08/2014
Localisation : comté de FOIX

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Message par Bens le Jeu 21 Aoû - 11:19

Le capitalisme mène à la destruction de la planète, c'est indéniable. On produit beaucoup plus que nos besoins, et dans le même temps, des milliards de personnes crèvent de faim.
J'ai lu il y a quelques jours qu'on vient d'épuiser les ressources annuelles de la planète. Depuis le 13 ou 14 août je crois. Cette date recule d'année en années.
Les conventions ou les grenelles ne servent à rien d'autre que de rassembler des chefs d'Etat seulement pour ripailler et qui n'en n'ont rien à foutre de la planète.

En tout cas, ça m'inquiète moi. Les futures générations vont souffrir.
avatar
Bens

Messages : 2697
Date d'inscription : 17/05/2014
Age : 27
Localisation : Pripyat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Message par liliane. le Jeu 21 Aoû - 11:38

Et bien oui ça peut t'inquiéter , parce que crois moi à ton âge jamais je n'aurais pensé une dégradation aussi rapide , et comme tout est fait pour l'accélérer , effectivement je comprends parfois ceux qui ne sont pas si pressés que ça de faire des enfants avec l'héritage que nous leur préparons .
Après nous le déluge , celle phrase que l'on prête à Louis XV on peut se demander si nos élites mondiales ne l'ont pas faite pour la leur .
avatar
liliane.

Messages : 1419
Date d'inscription : 05/08/2014
Localisation : comté de FOIX

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Message par Oksana le Jeu 21 Aoû - 12:30

liliane. a écrit:Et bien oui ça peut t'inquiéter , parce que crois moi à ton âge jamais je n'aurais pensé une dégradation aussi rapide , et comme tout est fait pour l'accélérer , effectivement je comprends parfois ceux qui ne sont pas si pressés que ça de faire des enfants avec l'héritage que nous leur préparons .
Après nous le déluge , celle phrase que l'on prête à Louis XV on peut se demander si nos élites mondiales ne l'ont pas faite pour la leur .

Oh que oui on est tout à fait en droit de s'inquiéter ! Comme dit justement Bens le capitalisme a rendu les gens égoïstes et nos gouvernants quels qu'ils soient laisse filer la destruction de la nature !

Liliane .... j'adore cette photo et elle me rappelle mes spuvenirs d'enfance ,époque ou avec mes parents nous allions en vacances près de Sarlat ! Qu'elle est belle cette région ... ou plutôt qu'elle était belle ( je n'y suis pas retournée depuis longtemps )
avatar
Oksana

Messages : 2667
Date d'inscription : 13/06/2014
Age : 602
Localisation : Marc Dorcel

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Message par Camarade Dzerjinski le Jeu 21 Aoû - 13:31

Bens a écrit:J'ai lu il y a quelques jours qu'on vient d'épuiser les ressources annuelles de la planète. Depuis le 13 ou 14 août je crois. Cette date recule d'année en années.
C'était le 19 Aout plus exactement, où nous venons officiellement d'atteindre le niveau de non-renouvellement de la planète. Ce qui veut dire que l'on commence officiellement à vivre à crédit, depuis maintenant deux jours. C'est encore plus marrant de voir qu'il y a quelques mois, la NSA sortait un article pour dire "On vous avait bien dit que l'éco-système allait lâcher", alors qu'ils en sont grandement responsable. C'est comme un pyromane qui crie à l'incendie. C'est inique  Nul 
avatar
Camarade Dzerjinski

Citoyen
Messages : 1927
Date d'inscription : 18/05/2014
Age : 26
Localisation : Loubianka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Message par liliane. le Jeu 21 Aoû - 13:32

@ oxana Moi itou j'ai connu cette région à l'occasion de vacances au camping avec mes parents une belle région mais ce n'est pas la seule .
avatar
liliane.

Messages : 1419
Date d'inscription : 05/08/2014
Localisation : comté de FOIX

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Message par Oksana le Jeu 21 Aoû - 17:33

En effet liliana en France nous avons de belles régions à telle preuve que notre pays est le plus visité de la planète ! Seulement on ne sait pas admirer la beauté de notre pays et on se glorifie d'avoir été aux confins de la terre !
avatar
Oksana

Messages : 2667
Date d'inscription : 13/06/2014
Age : 602
Localisation : Marc Dorcel

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Natacha Polony : ces paysages que l'on assassine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum