Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !
Les posteurs les plus actifs de la semaine

═══════════════════════

Islamisme : « des élus organisent le clientélisme politico-religieux »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Islamisme : « des élus organisent le clientélisme politico-religieux »

Message par Raptortriote le Sam 26 Mar - 5:26

Un entretien avec la journaliste Isabelle Kersimon sur le clientélisme politico-religieux, quand des maires jouent le jeu dangereux des islamistes pour leur intérêt.

À l’origine du terrorisme en France et en Europe, il a la formation d’un Islam fondamentaliste que les pouvoirs publics ont parfois toléré voire encouragé. En effet, la démocratie engendre le clientélisme, et particulièrement le clientélisme religieux. Pour nous éclairer sur cet aspect particulier du danger, Contrepoints a interrogé Isabelle Kersimon. Isabelle Kersimon est journaliste indépendante. Elle écrit entre autres pour Le Figaro, Le Point et le Huffington Post. Elle est l’auteur du livre Islamophobie : la contre-enquête.

Contrepoints – Les attentats de Bruxelles ont mis en lumière une forme de « clientélisme communautaire » au cœur de Molenbeek, ce qui n’est pas sans évoquer le cas français. Dans l’actualité immédiate, la ville de Sevran a aussi été l’objet de critiques semblables, après le départ de plusieurs de ses administrés pour le djihad. Pourquoi les élus locaux laissent-ils faire ? Qui sont les parties prenantes à ces échanges ? Traiter avec les radicaux est-il chose ordinaire pour les élus ?

Dans une tribune publiée dans La Libre Belgique le 17 novembre, le sénateur belge Alain Destexhe, auteur en 2009 de « Lettre aux progressistes qui flirtent avec l’islam », rappelle qu’il tirait déjà la sonnette d’alarme. Ici, quelques voix alertent avec précision – je ne parle évidemment pas du matériel sémantique employé par des politiques ayant compris que ce combat représente un marché potentiel et se contentant de discours creux et rassembleurs qui ne froisseront jamais leurs homologues dans l’exercice de leurs mandats et qui les blanchiront pour leurs exactions passées. Encore trop souvent, ces voix se dissolvent dans le silence coupable de politiques paralysés par les excommunications d’une frange bruyante de l’intelligentsia, des confrères et des sociologues plus prompts à nous accuser de racisme colonial et d’« islamophobie » qu’à se pencher sur le problème.

Sevran n’est pas la seule ville à concentrer le faisceau dramatique de causalités qui créent de petits Molenbeek potentiels. Cergy, Saint-Denis, Trappes, Clichy-sous-Bois en région parisienne sont concernées. Et ce phénomène ne touche pas que les « banlieues ». Songez à Lunel, dans l’Hérault, d’où une vingtaine d’habitants sont partis rejoindre l’État islamique en Syrie.

L’arrestation de Reda Kriket à Argenteuil, hier soir, va délier les langues. La politique clientéliste de son ancien maire PS est en cause et croyez-moi, soulever ces problèmes est un exercice périlleux quand on est journaliste. La démocratie est malade des collusions entre politiques et médias, dont certains n’hésitent pas à diffuser de fausses informations pour soutenir leurs poulains, prolongeant ainsi cette tragique omerta.

Ces élus locaux ne laissent pas seulement « faire », ils organisent le communautarisme politico-religieux en jouant des guerres de pouvoir que se livrent les responsables musulmans autour des mosquées. Financements contre votes ou intimidation des édiles sont les raisons de cette complaisance. Des enveloppes considérables sont allouées à des associations prosélytes créées par des fréro-salafistes pour répandre leur idéologie.

Traiter avec les radicaux est chose hélas courante et ancienne. On a confié « les quartiers » et des pans entiers de l’activité culturelle, économique, voire sportive aux « grands frères » réislamisés par des idéologues tels que le très habile Tariq Ramadan, qui sévit depuis plus de vingt ans sur notre territoire, sans mesurer les conséquences d’un tel désengagement de l’État, mais aussi de la société civile, au profit de ces nouveaux caïds.

Vous évoquez dans votre livre l’usage particulier de la « laïcité ouverte », qui a en quelque sorte supplanté celui de neutralité du service public. Est-ce là l’origine du développement clientéliste au niveau local, n’y a-t-il pas là le signe visible d’un affaissement de l’État de droit ?

Dès lors que l’on affecte une épithète au terme de laïcité, vous pouvez être sûr que le discours correspondant est celui qui a présidé à ce que nous affrontons aujourd’hui. Parallèlement à ces nouveaux accommodements se développent des mantras vidés de toute substance, où les termes mêmes de laïcité et de république ne font plus sens.

Si l’État de droit ne fait plus sens là où des élus négocient des voix avec l’argent public, là où des journalistes ont pour déontologie de vendre des baudruches politiques plutôt que de faire leur travail, paradoxalement il est aussi devenu une machinerie de coercition totale sur ce sujet aussi. La phraséologie des « penseurs de la laïcité » qui la désirent « ouverte », « plurielle », « mesurée », « moderne », « adaptée », « apaisée » nous conduit droit dans le mur.

Le problème majeur auquel nous faisons face en la matière est l’inculture, premier atout des gourous islamistes. Inculture de leurs cibles en recherche ultraconservatrice d’un mode d’emploi total pour leur vie et celle de leurs concitoyens, là où l’école républicaine formait l’esprit critique.

Quelles solutions peut-on envisager pour enrayer cette pathologie démocratique sans étouffer la liberté religieuse ?

La liberté religieuse en France est totale. La libre conscience y est un droit sacré. Il faut que cesse cette confusion entre liberté de conscience, liberté de culte et revendications identitaires-religieuses.

Le système éducatif doit être entièrement renouvelé. On ne peut pas émanciper l’être humain en le maintenant dans l’ignorance la plus crasse de ce que nos devanciers artistes et penseurs ont produit de plus puissant et de plus enthousiasmant, impulsant en nous toujours plus de curiosité, de désir, d’élévation. La religion est une intelligence, c’est même le sens étymologique du terme. En France, chacun peut grandir en humanité en étant croyant ou en ne croyant pas. La liberté religieuse ne consiste pas à imposer une orthopraxie d’où la spiritualité est absente. Et elle ne consiste certainement pas à considérer les femmes comme relevant d’une sous-humanité coupable d’instiller le désir sensuel. C’est ce que disent les grands laïques du temps, dont le but n’est pas d’étouffer cette dimension spirituelle, mais de faire en sorte que ce qui nous rassemble soit plus amplement partagé que ce par quoi nous dissemblons.
avatar
Raptortriote


Messages : 5099
Date d'inscription : 15/05/2014
Age : 2016

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfrance.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum