Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !
Les posteurs les plus actifs de la semaine

═══════════════════════
anipassion.com

Transgenre : témoignage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Transgenre : témoignage

Message par Raptortriote le Jeu 6 Aoû - 16:27

Pyrène a écrit:Je suis assigné femme à la naissance, pour autant je sais que je n'en suis pas une. Je me définis comme non-binaire ou genderfluid, puisqu'à la fois, mon genre varie beaucoup, et qu'à la fois, pendant certaines périodes (pouvant durer de quelques heures à quelques semaines) je ne me sens ni homme ni femme, à la fois un peu des deux et à la fois quelque chose au-delà. Je suis donc une personne transgenre, mais pas au sens où on l'entend généralement, au sens binaire (homme né dans le corps d'une femelle, femme née dans le corps d'un mâle...). J'ai choisi de garder le prénom Pyrène, mon prénom de naissance, suffisamment peu commun pour qu'aucun genre ne lui soit attribué d'office. Je me genre parfois au féminin, par habitude, mais je préfère largement le neutre (iel, «content.e») ou le masculin.

Je n'avais pas conscience, enfant, d'être une personne transgenre. Déjà, parce que j'ignorais tout du terme et de l'existence de la transidentité, venant d'une province très reculée et sans diversité, mais surtout parce que j'étais bloqué dans le clivage homme/femme qui ne me convenait pas. Je ne me sentais ni entièrement garçon, ni entièrement fille, mais comme, pour moi, il fallait être l'un ou l'autre, j'étais une fille puisque j'étais né avec une vulve. Les stéréotypes de genre m'ont toujours repoussé : j'étais en total rejet du rose, que ma mère ne parvenait pas à me faire porter, et déchirais ou tachais, de façon volontaire, toutes les robes qu'on me forçait à porter.

Pendant une période, je me suis forcé à être une fille. J'ai longtemps eu peu d'ami.e.s et toujours eu beaucoup de mal à m'intégrer dans des groupes. Quand une fille, dans les premières années d'école maternelle, a bien voulu être mon amie, je me suis forcé à avoir les mêmes préoccupations qu'elle : vêtements, maquillage, maternité... Elle s'intégrait plus facilement que moi, et je tentais de jouer avec les autres filles à la maîtresse, à la maman, à tous ces jeux «de filles» qui ne me convenaient pas.

Lorsque mon amie a changé d'école alors que j'avais 5 ou 6 ans, je me suis lié d'amitié avec quelques garçons, qui partageaient la même passion que moi pour les Power Rangers. Notre passe-temps était de prétendre qu'on en était, qu'on sauvait le monde. On jouait chacun son tour le méchant ou le gentil, et on se frappait entre nous, comme un petit «Fight Club» avec des enfants. J'étais heureux à cette période, j'étais vraiment moi et je ne me forçais pas à aimer des choses qui m'ennuyaient profondément. Et puis il y avait ce sentiment grisant d'être un homme aussi bon que les autres, même si le problème ne se posait pas dans ces termes. Il n'y avait qu'un seul de mes trois amis que je n'arrivais pas à battre, mais pour les deux autres, c'était moi qui sortais victorieux de la plupart des combats. Alors moi, qu'on appelait fille, qui était censée être plus faible que les garçons, je gagnais ma place d'homme.

Un jour, je ne sais plus comment, les instits ont vu ce que nous faisions. J'ai été interdite de ce coin de la cour, je devais rester à un endroit où ils pouvaient me voir, et surtout je ne devais jouer qu'avec des filles – alors que je n'arrivais pas à me faire apprécier d'elles et que je recevais sans cesse moqueries ou insultes de leur part. J'ai protesté, auprès d'eux et de mes parents. Notons que les instits n'ont jamais interdit à mes trois amis, garçons, de se battre. J'étais la seule à ne pas en avoir le droit, et si je demandais pourquoi, je n'avais pas de réelle explication.

Quand j'ai changé d'école, j'ai réussi à trouver quelques filles qui m'appréciaient bien, et j'ai décidé de passer le plus clair de mon temps avec elles. Leurs occupations restaient «des occupations de filles» mais ça me dérangeait moins. Sûrement, déjà, parce que j'étais un peu plus fille à cette époque qu'avant, et puis les jeux étaient moins stéréotypés : la marelle, c'était surtout les filles qui y jouaient, mais ça n'a rien de féminin a priori. Certes, prétendre qu'on est les sorcières de Charmed, c'est une occupation de fille, mais au moins on avait des pouvoirs et on sauvait le monde.

Se mettre dans la peau des personnages de Charmed ou d'Un Dos Tres était assez récurrent dans ma bande d'amies de CM1 et CM2, et j'ai réalisé des années après que je choisissais à chaque fois la «chaudasse» du groupe, celle qui était surtout présentée dans la série comme celle qui emballe tous les mecs qu'elle croise. Je crois ne pas en avoir eu conscience, enfant, mais maintenant je pense que c'était pour être encore plus fille, puisque j'étais dans un schéma extrêmement hétéronormé à ce moment. A ce moment où je souhaitais surtout me fondre dans la masse : être une vraie fille, normale, et hétérosexuelle surtout.

Assumer mon genre m'a finalement permis d'être moins gêné par mon corps. Avant, je me sentais obligé de me maquiller, de m'épiler, de faire toutes ces choses qui sont socialement attendues pour une femme. Cela fait plusieurs années que je voulais arrêter de m'épiler, et être capable de sortir dans la rue ou à l'école sans maquillage, mais c'était difficile pour moi, par peur du regard des autres. Depuis que j'ai conscience de ne pas être une femme, j'arrive à ne plus me maquiller, ou seulement quand j'ai envie, et à ne plus trop complexer sur mes poils.

Il est possible qu'avant d'être transgenre je sois transfuge de genre. J'ai voulu fuir la féminité (le rose, les jeux de fille, les robes) parce que je me sentais enfermé dans ce genre, dans ce rôle de fille (faible, douce, pas vulgaire, pas aventureuse, maternelle...). C'était étouffant. D'ailleurs je ne comprenais pas, et ne comprends toujours pas exactement ce que c'est, «être une fille». Et en quoi c'est différent d'être un garçon...


avatar
Raptortriote


Messages : 5099
Date d'inscription : 15/05/2014
Age : 2016

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfrance.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Transgenre : témoignage

Message par Raptortriote le Jeu 6 Aoû - 16:28

Perso je suis aujourd'hui un pachyderme hermaphrodite mais demain je serai plus un ours pédophile
avatar
Raptortriote


Messages : 5099
Date d'inscription : 15/05/2014
Age : 2016

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfrance.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Transgenre : témoignage

Message par Louis Quemener le Jeu 6 Aoû - 16:32

Raptortriote a écrit: demain je serai plus un ours pédophile
toi aussi tu assume ta transidentialité genderfluide ?

https://www.youtube.com/watch?v=SkzbKrR_xn0
avatar
Louis Quemener

Messages : 1543
Date d'inscription : 27/05/2015
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Transgenre : témoignage

Message par Saint Crouton Éclairé le Jeu 6 Aoû - 19:14

A la base c'est une gamine qui a un vrai problème, ça existe, et c'est comme ça. Y'a toujours eu des personnes singulières qui se détachent de la masse, que ce soit positivement ou négativement, par des dons ou des tares.
C'est bien que les médecins et les éducateurs puisse étudier et connaitre ces phénomènes, afin de mieux les identifier quand ils se présentent, et éviter des bourdes comme le moment ou elle raconte qu'elle a été séparée de ses copains power rangers.


Là ou vient le problème avec la connerie LGBT transgenre multisexe, c'est qu'on veux faire connaitre à tout le monde ce genre de problème psychologique et en faire des normes, avec comme l'excuse de merde gaucho droitdelhommiste de lutte contre les discriminations.
Alors on raconte à tout les gosses que c'est à eux de choisir leur sexe et que l'homosexualité c'est cool, et au final ça nous explose le nombre de gamin perturbés alors que sans cette propagande ils n'auraient jamais eu le moindre problème d'identité.

C'est le même genre de dégénérescence sociétale que la politisation de l'enculade et sa célébration par un acte sensé être sacré.
avatar
Saint Crouton Éclairé

Messages : 1486
Date d'inscription : 30/10/2014
Localisation : Au millieu des abysses

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Transgenre : témoignage

Message par Louis Quemener le Jeu 6 Aoû - 19:32

l'autre malade asexué qui vient commenter, on hallucine.

Toute les gamines ont à un moment ce côté "je prefere jouer avec les garçons", c'est juste que le systeme instrumentalise ça avec leurs conneries de theories du genre, et comme la plupart ne sont pas fufutes elles gobent tout ça et s'inventent leurs delires là dessus.

Le systeme repose sur le principe de faire croire que certaines de tes tendances en realité ephemeres si on laissait faire sont des maladies, puis en seconde phase que c'etait pas une maladie mais une orientation et donc tu es enfermé dedans.

Si tu avait des relations avec l'autre sexe tu le saurais.
Le seul probleme reste la minorité de vrais homosexuels masculins ou de pedophiles qui persisterait dans un systeme socialiste, là on pourrait etudier ça, tout le reste n'est qu'artificiel.
Et sans doute aussi les cas comme toi, à coté des mecs qui s'enfoncent des aiguilles dans le perinée.
avatar
Louis Quemener

Messages : 1543
Date d'inscription : 27/05/2015
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Transgenre : témoignage

Message par Raptortriote le Jeu 6 Aoû - 20:55

Louis Quemener a écrit:
Raptortriote a écrit: demain je serai plus un ours pédophile
toi aussi tu assume ta transidentialité genderfluide ?

https://www.youtube.com/watch?v=SkzbKrR_xn0

Mon genderfluidisme est calqué sur les phases de la Lune.
avatar
Raptortriote


Messages : 5099
Date d'inscription : 15/05/2014
Age : 2016

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfrance.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Transgenre : témoignage

Message par Merl1 le Jeu 6 Aoû - 21:20

Raptortriote a écrit:
Louis Quemener a écrit:
Raptortriote a écrit: demain je serai plus un ours pédophile
toi aussi tu assume ta transidentialité genderfluide ?

https://www.youtube.com/watch?v=SkzbKrR_xn0

Mon genderfluidisme est calqué sur les phases de la Lune.

Moi c'est la hauteur des marées, remarquez c'est presque la même chose. Mais je suis encore plus perturbé parce que en méditerranée il n'y a pas de marée et en Bretagne il y en a... Du coup quand je suis loin d'un porc port, j'ai du mal à me faire une idée précise.

Ce soir, ici le coef est de 72 à 23h37 pour une pleine mer de 8m15. Je devrais donc passer de kangourou nécrophile à bigorneau hétérosexuel dans la nuit...

Mais rien n'est moins sur...
avatar
Merl1

Messages : 6011
Date d'inscription : 26/05/2014
Localisation : La Géhenne ou presque...

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Transgenre : témoignage

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum