Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Mckay
 
Raptortriote
 
obamo
 
Athénaïs de La Palice
 
ganem
 

═══════════════════════
Derniers sujets
» salut
Aujourd'hui à 14:56 par Mckay

» Faites le test !!
Hier à 21:28 par Mckay

» Je cède l'administration du forum
Hier à 21:25 par Mckay

» Débat inter religieux: Chrétien/Musulman
Mer 18 Oct - 20:25 par Athénaïs de La Palice

» Charlemagne était l'Amant de Renaud !
Mer 18 Oct - 18:47 par Raptortriote

» 2nd attaque
Lun 16 Oct - 21:26 par Mckay

» AFFAIRE NAPOLEON III
Dim 15 Oct - 20:45 par FoutreChaud

» Demande au Premier ministre.
Dim 15 Oct - 20:05 par Mckay

» Etat de guerre
Dim 15 Oct - 19:35 par Mckay


L’obsession euthanasique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’obsession euthanasique

Message par Merl1 le Mer 28 Jan - 17:27

Dimanche, il y a donc eu cette belle Marche pour la vie, dont je n’ai pas pu parler hier matin. Mais le sujet me rattrape forcément, ne serait-ce que parce qu’il est inscrit dans l’agenda parlementaire.


Il faut donc se battre, dénoncer la culture délétère qui se donne pour avant-gardiste. Et j’ai envie de dire à ce propos : en avant jeunesse ! Selon Libération, il y avait un bon tiers de jeunes à la manif de dimanche, et c’est bien dans l’élan de la révolution de fond qui, depuis la contestation de la loi Taubira, mobilise tous ceux qui ont décidé, pour reprendre le mot de Bernanos, qu’on ne les aurait pas vivants. Mais le combat pour une culture de vie ne date pas d’aujourd’hui. Il a accompagné tout le XXe siècle avec une obsession eugéniste, qui n’appartenait pas à la seule thématique nazie. Même un Alexis Carel, qui valait beaucoup mieux que cela et avait contribué à sauver des milliers de vies pendant la Première Guerre mondiale, n’en était pas indemne, pour avoir contracté la contagion dans le milieu médical et scientifique américain.

Il est vrai que ce sont les nazis qui ont été les plus conséquents dans leur démarche hygiéniste en initiant une pratique euthanasique, sur laquelle on observe souvent un très prudent silence. Le vocabulaire employé alors dans les documents officiels avait de curieuses résonances actuelles : on parlait de délivrance, d’interruption de vie, de mort miséricordieuse, d’aide à mourir ou encore d’euthanasie. Je cite les premières lignes de l’ouvrage de Götz Aly, Les anormaux, paru il y a quelques mois chez Flammarion, et dont on a peu parlé, alors qu’il livre des informations terrifiantes. Informations qui ont attendu très longtemps avant d’être livrées au public, parce que les historiens et les journalistes n’avaient nulle envie de s’y attarder.

On m’accusera sans doute de pratiquer l’amalgame. Non, je ne méconnais pas les différences qui existent entre les idéologies et entre les pratiques. Mais une culture de vie doit pleinement intégrer la généalogie d’une histoire où les critères de ce qui mérite de vivre ou de mourir ont été énoncés avec la plus cruelle assurance.


par Gérard Leclerc

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 27 janvier 2015
avatar
Merl1

Messages : 6011
Date d'inscription : 26/05/2014
Localisation : La Géhenne ou presque...

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par FAB42 le Mer 28 Jan - 17:46

Bandes d'égoïstes !!!
avatar
FAB42

Messages : 1484
Date d'inscription : 23/10/2014
Localisation : SAINT-ETIENNE

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par Merl1 le Mer 28 Jan - 17:56

FAB42 a écrit:Bandes d'égoïstes !!!

Vous pouvez expliciter pétasse de républicain ?
avatar
Merl1

Messages : 6011
Date d'inscription : 26/05/2014
Localisation : La Géhenne ou presque...

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par FAB42 le Mer 28 Jan - 17:58

ATTENTION AMES SENSIBLES, S'ABSTENIR !!!
Explication:

Lors du témoignage de Chantal Sebire sur France-2 :

Sur les "huit neuro-chirurgiens consultés, deux seuls" ont accepté de la recevoir, avant de lui déclarer que "cette tumeur (était) incurable" et rare, "seuls 200 cas ont été recensés dans le monde depuis 20 ans".

Refusant d'être "mise dans un état second avec la médication qui n'améliore pas la souffrance", elle ne demande "qu'à partir sereinement".
"On ne permettrait pas à un animal d'endurer ce que j'endure", affirme-t-elle, en dénonçant une "loi Léonetti incomplète" qui ne permet pas l'euthanasie.
"Je l'ai combattue pendant sept ans, je ne veux pas que cette tumeur ait le dernier mot, aidez-moi à partir dignement".
Elle exhorte l'Etat à abréger ses "atroces" souffrances malgré.
L'évolution de la maladie, "je la sens, elle devient périlleuse, cette énorme masse qui envahit les sinus ne s'arrêtera pas".
"Les médecins ne savent pas toujours écouter les patients et face à cette maladie, ils sont acculés à une impuissance révoltante pour eux".

De la douleur, calmée provisoirement par de "simples aspirines", elle en parle comme "des coups d'aiguille qui rentrent dans l'oeil de façon intense pendant six à sept secondes" et peuvent perdurer "trois ou quatre heures", qui "rentrent dans tous les vaisseaux de la tête" et qui lui "font perdre le sommeil" et la volonté de poursuivre le combat contre la maladie.
"Aujourd'hui, je suis allée au bout de ce que je peux supporter et mon fils et mes filles n'en peuvent plus de me voir souffrir".
Elle parle "de partir dignement dans la mort".





"En 2000, j'ai perdu l'odorat et le goût, puis la tumeur a évolué et mangé les mâchoires, avant de s'attaquer aux orbites des yeux. J'ai perdu la vue en octobre 2007, le tout dans des douleurs atroces qui peuvent durer quatre heures".
avatar
FAB42

Messages : 1484
Date d'inscription : 23/10/2014
Localisation : SAINT-ETIENNE

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par Merl1 le Mer 28 Jan - 18:04

La dignité de la personne doit être reconnue à tout être humain depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle.
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20081208_dignitas-personae_fr.html

Ou alors on tue des gens pour leur convictions politiques déviantes qui sont autant de maladies de l’Âme. Vous prenez un numéro ?
avatar
Merl1

Messages : 6011
Date d'inscription : 26/05/2014
Localisation : La Géhenne ou presque...

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par FAB42 le Mer 28 Jan - 18:05

Merl1 a écrit:
La dignité de la personne doit être reconnue à tout être humain depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle.
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20081208_dignitas-personae_fr.html

Ou alors on tue des gens pour leur convictions politiques déviantes qui sont autant de maladies de l’Âme. Vous prenez un numéro ?
avatar
FAB42

Messages : 1484
Date d'inscription : 23/10/2014
Localisation : SAINT-ETIENNE

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par Merl1 le Mer 28 Jan - 18:15

Vous ne partirez pas dans la dignité, vous ne savez pas à quoi sa ressemble. Ce n'est pas demander à mourir comme un chien, NSJC nous a montré la voix.
avatar
Merl1

Messages : 6011
Date d'inscription : 26/05/2014
Localisation : La Géhenne ou presque...

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par FAB42 le Mer 28 Jan - 18:17

La façon dont chacun se positionne à l’égard de l’euthanasie dépend d’un rapport intime à la mort et à la vie issu de son éducation et de ses expériences propres. Le point de vue de la société est non seulement la somme de ces avis individuels, mais il est aussi fonction des idées religieuses et morales dominantes sur le plan collectif. Il nous a semblé intéressant de voir d’abord quelle était la position les différents courants religieux sur cette question et s’il existait des divergences entre elles. Puis nous aborderons la sociologie sous l’angle éthique.



Point devue des religions

La religion catholique:

Si l’Eglise encourage les soins palliatifs, elle n'accepte pas que l'on privilégie la mort à la vie, même dans les pires souffrances. En conséquence, toute forme d'euthanasie est prohibée.

"Quels que soient les motifs et les moyens, l'euthanasie directe (...) est moralement irrecevable." ; "Elle constitue un meurtre, contraire à la dignité de la personne humaine et au respect du Dieu vivant, son Créateur." Ces deux phrases sont tirées des articles 2277 et 2278 du Catéchisme de l’Eglise catholique.



L'Islam:

Il considère que l'homme ne possède pas son corps, que c'est Allah qui en dispose, et que c'est donc à ce dernier de décider de l'heure et du lieu du décès de chaque personne. Si l'homme enfreint cela, alors les musulmans considèrent qu'il commet un crime envers la divinité. L'euthanasie active est donc totalement interdite, chacun doit mourir au moment que seule la volonté d’Allah décide.



Le Judaïsme:

Pour le Judaïsme, le respect absolu de la vie humaine prime et, s'il est accepté que l'on soulage les douleurs d'une personne souffrante, il ne faut en aucun cas précipiter sa mort. "On peut atténuer les souffrances par les calmants si ceux-ci ne hâtent pas la mort à coup sûr!" dit le Rabbin KLING. L'euthanasie active est donc condamnée sans appel: "C'est Dieu qui donne la vie. (...) Celui qui détruit une vie, même d'un instant, c'est comme s’il détruisait l'univers entier. Il est donc interdit de faire quoi que ce soit qui puisse hâter la fin de vie d'un agonisant" précise encore le rabbin GUGGENHEIM. Le Judaïsme tolère l'euthanasie passive pour des personnes pour qui des actes médicaux seraient sans espoir.



Le Bouddhisme:

Les Bouddhistes qui croient à la réincarnation déconseillent l'euthanasie. Pour eux en effet, un tel acte ne ferait qu'empirer la situation du patient dans sa seconde vie. Ceci ne sont que des recommandations, ils ne condamnent pas ceux qui demandent ou ont recours à l'euthanasie. Voici les propos du Dalaï-Lama: "On peut être confronté à des situations exceptionnelles mais, en règle générale, il est préférable de laisser une personne mourir à son heure. Ce que nous endurons est dû à nos propres karmas passés et nous devons en accepter le résultat. Tout doit être fait pour éviter de souffrir; mais si rien ne peut plus enrayer le problème, la souffrance doit être considérée comme le résultat inévitable de nos karmas." En clair, cette philosophie religieuse donne le conseil de ne pas recourir à des moyens qui lui semblent "contre-productifs".

On le voit, au-delà de quelques nuances, la position des religions est claire et s’oppose à l’acte euthanasique. Sur un plan sociologique, l’influence de toutes les religions confondues serait donc favorable au respect de la vie et contraire à une acceptation de l’euthanasie.
Qu'est-ce-que l'éthique?

L'éthique est la science de la morale et des mœurs. C'est une discipline philosophique qui porte une réflexion sur les finalités, sur les valeurs de l'existence, sur les conditions d'une vie heureuse, sur la notion de "bien" ainsi que sur de nombreuses questions de mœurs ou de morale.



La première question d’ordre éthique qui se pose en matière d’euthanasie est celle de la place du médecin et du personnel soignant en général face à la demande de mort. Voici ce que disait à l’origine le serment d'Hippocrate: « je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, même si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion." Ce serment a été modifié en 1996 de la façon suivante : « Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément». Ainsi les médecins, en portant la responsabilité de l’acte fatal, nieraient ce qui constitue le sens même de leur métier.

Le sociologue Benoît VAN CUTSEM résume bien ce point : "Si les soignants sont confrontés depuis toujours à la fin de vie de leurs patients, l'acte euthanasique les confronte aussi à une mort qu'ils pourraient éviter. Cette approche de la mort modifie la donne en ce sens que le décès du patient n'est plus lié à l'impuissance de la médecine mais à la volonté du médecin. Cela pose bien entendu des questions éthiques difficiles. Dans la pratique, les demandes d'euthanasie sont psychologiquement mal vécues par certains soignants. Il leur est demandé de poser un acte qui est ressenti comme allant à l'encontre de tout ce qui les motive dans leur vie professionnelle."

Le deuxième point concerne la façon d’analyser la demande de mort des patients. On l’a dit, l’expression de cette demande est parfaitement légitime et il ne s’agit pas ici de la mettre en doute. Néanmoins, le sujet est trop grave pour se contenter de prendre cette demande « pour argent comptant » sans tenir compte de la composante psychologique nécessaire. En effet, les demandes de mort ne sont pas si « simples » et on peut comprendre qu’il existe des différences entre « je souhaite mourir », « laissez-moi mourir » ou « faites-moi mourir ». Au travers de ces formulations, il peut s’agir possiblement d’une autre demande telle que « je veux mettre un terme à mes souffrances » ou « si je continue à vivre, j’ai peur de la déchéance » ou « je ne veux plus être une charge pour mes proches et je préfère donc que vous me supprimiez » etc… Aussi pourrait-il y avoir finalement, du point de vue du corps médical, une confusion préjudiciable entre supprimer la douleur (ou l’angoisse), et supprimer le patient.

Le troisième point éthique que nous voulons soulever est lié au précédent. En admettant qu’un médecin accède à la demande d’euthanasie d’un patient, ne revient-il pas à valider l’idée que seules ont leur place dans notre société les personnes en bonne santé et capables de s’assumer ? Le médecin, E. GOLDEBERG tenait le propos suivant : « L’affirmation du patient qui dit « ma vie ne vaut plus la peine d’être vécue » peut s’entendre comme une question angoissée qu’il nous adresse « à tes yeux, à toi qui en es le témoin, la fin de ma vie garde-t-elle une valeur ? Ai-je conservé, malgré les transformations physiques, ma qualité de personne et ai-je encore une identité à advenir dans le processus même de la mort ? Répondre par la négative, c’est faire mourir le patient deux fois, symboliquement et réellement. On tue le sentiment d’identité puis la personne elle-même ».

Enfin, est-il concevable qu’une société confie à des êtres humains, même qualifiés en médecine, la responsabilité de donner la mort à être autre et d’en définir le moment, même sur sa demande ? On sait, pour avoir recueilli des témoignages de praticiens de pays où l’euthanasie est légalisée, que les séquelles psychologiques qui les accompagnent sont de taille (était-ce vraiment le bon moment ? ai-je eu raison ou tort ?...). D’autre part, un médecin n’est pas forcément à l’abri au cours de sa carrière d’être fragilisé ou influençable et donc dans l’incapacité d’interpréter correctement une demande de patient. Comme l’ont écrit les docteurs SALAMAGNE et POURCHET, de l’Unité de soins palliatifs de l’hôpital Brousse, « S’il n’est d’autre référence que la stratégie du guérir, sans possibilité de s’identifier à d’autres modèles, donner la mort peut apparaître comme la réponse médicale à la souffrance. En apprenant à prendre en compte dans son schéma décisionnel les influences de sa subjectivité, de son individualité et de ses émotions, en intégrant la contradiction, c’est bien un référentiel neuf qui s’ouvre au médecin ».

Plus loin, ces médecins rajoutent : « Nous devons nous inquiéter des conséquences humaines qu’une reconnaissance de l’euthanasie médicalisée produirait. On sait que la peur d’être tué peut persister, même quand la demande d’euthanasie a été formulée. Quelle relation se crée s’il n’est pas possible de parler de la mort au médecin sans crainte d’être euthanasié ? Où pourra s’exprimer la parole de souffrance ce si ce n’est auprès du soignant ? Réduire l’autre à l’expression de ses désirs, c’est le condamner au silence. Construire un tel système engendre plus de souffrance encore et ne peut, à terme, qu’augmenter la violence des demandes ».
avatar
FAB42

Messages : 1484
Date d'inscription : 23/10/2014
Localisation : SAINT-ETIENNE

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par Merl1 le Mer 28 Jan - 18:18

Visiblement vous réfléchissez comme çà :


PS : Vous pouvez mettre la source de votre copié/collé la prochaine fois pétasse républicaine :
http://euthanasie-richelieu.e-monsite.com/pages/l-euthanasie-sous-une-approche-sociologique.html
avatar
Merl1

Messages : 6011
Date d'inscription : 26/05/2014
Localisation : La Géhenne ou presque...

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par FAB42 le Mer 28 Jan - 18:24

Pas besoin, vous faites très bien ce travail.
Je ne porterais pas plainte pour vos injures répétées, une dernière question:
Pourquoi êtes-vous contre l'euthanasie ? (merci d'établir une liste de raisons, on sait jamais, vous pouvez me faire changer d'avis...)
avatar
FAB42

Messages : 1484
Date d'inscription : 23/10/2014
Localisation : SAINT-ETIENNE

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par Merl1 le Mer 28 Jan - 18:30

FAB42 a écrit: Pourquoi êtes-vous contre l'euthanasie ?
Je suis catholique...
Visiblement vous ne lisez pas les messages raclure républicaine, c'était plus haut :
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20081208_dignitas-personae_fr.html
avatar
Merl1

Messages : 6011
Date d'inscription : 26/05/2014
Localisation : La Géhenne ou presque...

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par FAB42 le Mer 28 Jan - 18:31

Merl1 a écrit:
FAB42 a écrit: Pourquoi êtes-vous contre l'euthanasie ?
Je suis catholique...
Visiblement vous ne lisez pas les messages raclure républicaine, c'était plus haut :
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20081208_dignitas-personae_fr.html
Je ne préfère pas en juger, cela dépend de la loi qui va être établit.
avatar
FAB42

Messages : 1484
Date d'inscription : 23/10/2014
Localisation : SAINT-ETIENNE

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par Merl1 le Mer 28 Jan - 18:36

Surtout que vous n’avez visiblement pas le temps de le lire, petite merde républicaine...
INSTRUCTION DIGNITAS PERSONAE SUR CERTAINES QUESTIONS DE BIOETHIQUE
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20081208_dignitas-personae_fr.html

avatar
Merl1

Messages : 6011
Date d'inscription : 26/05/2014
Localisation : La Géhenne ou presque...

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par Saint Crouton Éclairé le Mer 28 Jan - 18:54

FAB42 a écrit:ATTENTION AMES SENSIBLES, S'ABSTENIR !!!
Explication:

Lors du témoignage de Chantal Sebire sur France-2 :

Je me rappelle d'elle, je voulais toucher son oeil gauche pour que ça fasse "chlip-chlop"
avatar
Saint Crouton Éclairé

Messages : 1486
Date d'inscription : 30/10/2014
Localisation : Au millieu des abysses

 
Points RPG: 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’obsession euthanasique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum